Se moquerait-on du livre et de la lecture?

Publié le par Aubagne Ville-Lecture

La Charte
Des auteurs et illustrateurs pour la Jeunesse
Hôtel de Massa, 38 Faubourg St Jacques, 75.014 Paris
Téléphone et fax : 01.42..81.19.93
Plus de 1.300 auteurs, médiateurs culturels, bibliothécaires et enseignants ont signé notre pétition.
Signez en ligne directement sur la liste automatique Pétition Charte
 
 
Se moquerait-on du livre et de la lecture ? Pétition Charte
 
Il est impossible d'ignorer les difficultés que rencontrent les enseignants et les documentalistes pour transmettre aux élèves le plaisir et le goût de la langue, de la lecture, de l'écriture.
À leurs côtés, journalistes, sociologues, parents d'élèves, professionnels du livre, s'inquiètent de la détérioration du langage chez les jeunes et de ses graves conséquences, faiblesse d'expression et difficulté de pensée, passages à l'acte consécutifs, défaut de symbolisation.
Face à cette situation, les ministères de l'Éducation nationale et de la Culture s'étaient engagés dans un important projet d'éducation artistique et culturelle associant enseignants, créateurs et partenaires culturels. La pratique de l'écriture créative dans le cadre des ateliers artistiques, le dialogue avec les professionnels du livre avaient trouvé leur place dans l'école élémentaire, les collèges, les lycées d'enseignement général et professionnel. L'apport de ces rencontres est évalué, reconnu. Les élèves qui en ont bénéficié manifestent un intérêt nouveau pour les livres, pour la langue qu'ils se réapproprient. Et pourtant !
Le 19 octobre 2005 les ministres de la Culture et de l'Education Nationale ont solennellement inauguré une nouvelle institution consultative intitulée Haut Conseil à l'Education Artistique.
À notre stupeur, nulle part l'écriture et la lecture ne sont mentionnées dans ses objectifs ! Par ailleurs, les crédits alloués à l'éducation artistique dans son ensemble subissent depuis deux ans une érosion considérable, tant au niveau du budget de la Culture que de celui de l'Education Nationale. C'est, par exemple, la délégation à l'Action Culturelle du Rectorat de Créteil, une académie pourtant particulièrement concernée par les inégalités sociales et culturelles, qui a vu ses moyens diminuer de près de 80 % depuis 2002. C'est encore le programme national d'interventions d'auteurs dans des classes financé par le Ministère de la Culture qui se trouve réduit de 50%.
Comme il était à craindre, les attendus du Haut Conseil à l'Education Artistique ne font aucune allusion à ces budgets.
C'est le droit de la jeunesse à la culture qui est atteint !
C'est refermer l'école sur elle-même, sans confrontation avec la création contemporaine.
Nous, écrivains, illustrateurs, libraires, éditeurs, bibliothécaires, intervenants culturels, engagés de longue date auprès des enseignants, responsables éducatifs, documentalistes, protestons contre l'oubli dans lequel sombrent le livre et la lecture dans le projet d'éducation artistique et culturelle, l'appauvrissement général de ce secteur, et voulons rappeler les dangers auquel un tel oubli expose la société. Les enseignants concernés s'associent à cette pétition.
 
POUR LA CHARTE, ALAIN BELLET
A.Bellet@wanadoo.fr
 
Action soutenue par : les Ecrivains associés au théâtre, la Société des Gens de lettres de France, le Groupe Français d'éducation nouvelle (22) la Scène du Balcon, L'association des traducteurs littéraires de France, L'Union des écrivains, L'association L'ours Polar, l'Association Nationale de Recherche et d'Action Théâtrale (ANRAT)

Publié dans Divers...

Commenter cet article