Atelier d'écriture avec Lionel Hignard

Publié le par Aubagne Ville-Lecture

« histoire de pas faire d’histoires ! »
 
Un Atelier d’écriture animé par Lionel Hignard pendant les Journées du livre de jeunesse dans le cadre du chocolat littéraire avec les enfants et les parents.
 
 
 
 
L’île aux géants
 
Moi, Pietro Galibas, explorateur hongrois, je t’écris d’une île lointaine fantastique.
Ici, les habitants sont des géants extraordinaires avec des corps d’arbre.
Ils peuvent marcher sur les eaux pendant les nuits de pleine lune.
Ils savent voler comme des oiseaux sur les ailes du vent quand ils sont en danger.
Ils peuvent naviguer sur des navires de cristal, enveloppés de brouillard et se rendre invisibles pour se défendre des loups garous.
Mais une nuit de pleine lune...
 
Horia
 
 
 
Aujourd’hui, les géants se nourrissent à nouveau de vachottes, cette plante qui pousse près d’un ruisseau souterrain dont l’eau a un léger goût d’encre et qui avait été détruit par les loups garous cette terrible nuit de pleine lune.
 
Joëlle
 
 
 
 
 
CITY BULLE
 
Je vous écris d’un pays lointain qui est élastique, les habitants sont en bubble-gum.
Quand ils travaillent, ils ont une laitue sur la tête.
Des formes de bulle sont leur mode de communication.
 
Un jour, les chiens se sont mis à aboyer car l’orgue s’est arrêté de jouer.
Les bubble-gum se sont arrêtées de travailler car l’orgue était le métronome qui leur dictait leur composition de bulles.
Du coup, ils ne pouvaient plus communiquer.
De rage, ils jetèrent tous leurs salades à terre. Pourquoi l’orgue s’était-il arrêté ?
………………………………………………………………………………………………
… Les limaces se sont soudain révoltées car il y avait des pesticides dans les salades et elles ont fait la grève en envahissant les tuyaux de l’orgue.
Heureusement, un éléphant qui passait par là, souffla dans les tuyaux et libéra la ville qui était paralysée.
 
 
 
 
 
LA VENGEANCE
DU DRAGON BLEU
 
 
 
Charles Hire, Capitaine Daprilis est le chef d’un vaisseau où les gens sont très petits, ils ont la tête dure et le crâne épais.
Certains possèdent deux cœurs. Ils ont atterri sur une île pleine de bêtes féroces, les unes plus que les autres.
Les dragons bleus chassent, ils terrassent tous leurs ennemis.
 
Les gens sont différents, grands et petits, parfois géants.
Les collines sont des montagnes, les montagnes des gouffres.
Rien ne ressemble à ce que je connaissais. Des jardins débordent de fleurs, de roses surtout, et sont habités par des bêtes féroces que l’on apprivoise, sans peine, au son des flûtes enchantées. La nourriture y est étrange, j’y découvre des saveurs, des goûts, des odeurs et des formes que je ne connaissais pas encore. J’ai l’impression d’être sur une autre planète ou d’être emporté dans un rêve fantastique où je me sens complètement dépaysé. Même les mots me semblent étrangers.
 
Pour désigner un objet utile, les habitants emploient le terme de Balandier. Et c’est le cadeau que j’ai reçu en arrivant. Mais cela n’est rien car je suis ici pour une quête. Une quête d’absolu…
 
…Après une longue bataille qui dura des semaines, le capitaine épuisé se fit dévoré par les dragons bleus.
Il ne revit jamais ses enfants qui grandirent dans la haine de l’ultime dragon bleu.
 
Emmanuel, Céline, François, Adam.
 
 
 
LE ROI MIRRHAGE ET CLOQUETTE
 
Une nuit nous atterrissons avec notre fusée sur une terre inconnue. Nous voyons au loin des petites lumières car il fait presque nuit.
 
Nous frappons à la porte d’une cabane en argile :
- « Où sont les habitants de ce pays ? » demandons-nous à la première personne qui sort de chez elle.
- « Et comment s’appellent-ils ? ».
- « Les habitants se nomment eux-mêmes les petites vaches blanches et on les reconnaît facilement à leurs blouses blanches ».
- « Mais ont-ils un président ? ».
- « Pas du tout, ils ont un roi ».
- « Comment s’appelle-t-il ? ».
- « Le Roi Mirrhage ».
- « Où habite-t-il ? ».
- « Il habite dans un grand château en brique et en pierre ».
- « Où pouvons-nous dormir ? ».
- « Chez le Roi Mirrhage, nous allons lui demander la permission. Nous allons lui cueillir des fleurs. Nous pouvons prendre les fleurs dans le jardin du château ».
- « Bonne idée ! Allons-y ! Nous allons cueillir des fleurs extraordinaires ».
- « J’en vois une. Je vois une sorte de haricot. Dès que je le touche, il pousse très haut ».
- « Bizarre bizarre ».
- « J’ai peur… Il chuchote quelque chose… ».
 
Quelques mois plus tard, bien installés dans cette terre inconnue, nous nous promenions dans les jardins du Roi Mirrhage, lorsque soudain, une abeille voltige autour de nous et finit par se poser sur une plante à cloques. Elle la butine, celle-ci fâne.
L’abeille décide donc de s’appeler « Cloquette », en hommage à cette plante éphémère.
La voilà qui se fait plein d’amis avec d’autres abeilles, guêpes, bourdons et frelons. Ensemble, ils découvrent le goût de l’aventure.
Ils passent ainsi en un éclair, des fleurs au wagon, du wagon à un bois, du bois à une vieille boutique anglaise et de la boutique à une calme étendue d’eau ».
Où un bateau passait, ils se posèrent sur le pont du bateau et partirent vers de nouvelles aventures.
 
 
LE DON DE L’AVEUGLE
 
Dans un pays lointain, il existe un aveugle à tête de pomme de terre nommé Fabrice.
Un jour, l’aveugle partit nager dans l’eau et, comme il avait perdu sa vue, il s’enfonçât sous l’eau…
Fabrice avait un don : c’était de pouvoir respirer sous l’eau.
Il entendit le chant des sirènes et sentit le soleil taper sur sa peau. Il toucha les grottes de corail où habitaient les sirènes.
 
Fabrice, après un long voyage sous l’eau, remonte à la surface. Il se rappelle qu’une des sirènes lui avait dit :
« Quand tu sortiras de l’eau, tu arriveras dans une vallée. Une plante te rappellera l’odeur de pomme de terre et tu lui donneras le nom que tu désires ».
Il arriva dans la vallée et, tout d’un coup, il sentit une odeur de pomme de terre… il appela cette plante la mar (mer), forée (forêt) donc la MARFOREE.
 
Dan et Lior
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article