Espace à lire, la bibliothèque des enfants à Clamart.

Publié le par Aubagne Ville-Lecture

 « Espace à lire
la bibliothèque des enfants à Clamart »
 
Gérard Thurnauer
Geneviève Patte
Catherine Blain
préface de Pierre Péju. Paris : Gallimard, 2006. – 184 p. ; 26 cm.
ISBN 2-07-077964-5 : 30 €
 
Présentation par l'éditeur
 
Automne 1965 : dans la cité H.L.M. de la Plaine, à Clamart, des enfants se pressent devant un bâtiment surprenant qui vient de sortir de terre. La bibliothèque de La Joie par les livres ouvre ses portes et inaugure une histoire inédite en France. Pour la première fois, grâce à la volonté d'un mécène et à l'audace d'une équipe d'architectes, on a construit une bibliothèque pour les enfants, qui va révolutionner la lecture de jeunesse et devenir le lieu des expériences les plus innovantes. Bibliothécaires du monde entier, écrivains, artistes, éditeurs, photographes, tous ont pris un jour ou l'autre le chemin de Clamart pour participer à l'aventure ou s'en inspirer.
 
Inscrite à l'inventaire des Monuments historiques, la bibliothèque de Clamart est à la fois un monument de l'architecture du XXe siècle et un véritable phare pour la littérature de jeunesse. Les auteurs de cet ouvrage en content l'histoire comme on ouvre une fenêtre, pour partager le goût de la lecture, de l'architecture, et donner un espace à lire.
 
 
 
Critique par Anne Marinet, in BBF 2006 - Paris, t. 51, n° 6
 
L’image de la couverture a fait le tour du monde : elle est signée Martine Franck (Magnum Photos) et montre, en noir et blanc, la spirale de l’escalier intérieur de la bibliothèque de Clamart, ornée d’une trentaine de têtes d’enfants émergeant de la rampe, lovée dans le format carré du livre… Image symbolique s’il en est d’une structure sans aspérités, tout en rondeurs. La belle préface de Pierre Péju, « Lecture, enfance, architecture », donne le ton en plaçant d’emblée la bibliothèque de la Joie par les livres en position de modèle, d’utopie incarnée grâce à la rencontre d’une mécène, d’une équipe de jeunes architectes, et de professionnelles porteuses d’un projet de lecture exigeant.
 
Témoigner de cette convergence, faire comprendre le processus d’une aventure partagée par de multiples protagonistes, tant par le texte que par l’image, tel est le propos de ce livre-album, publié à l’occasion du 40e anniversaire de l’ouverture de la bibliothèque en 1965. Elle fut saluée à l’époque comme « un événement dans le monde du livre et de l’architecture », et le bâtiment a été inscrit à l’Inventaire des monuments historiques en 1993.
 
L’élégante maquette du livre fait dialoguer, à part égale, textes et photographies en noir et blanc (hormis un cahier central de seize photos couleurs de Paul Lepreux, présentant en gros plan le grain des matériaux utilisés pour les revêtements et des détails du bâti). La plupart des photos sont extraites des archives de l’Atelier de Montrouge, ou de reportages des photographes Martine Franck (enfants) et Claude Michaelides (vues du chantier). Trois cahiers de photographies pleine page en noir et blanc, qui se déploient sur des doubles pages, introduisent visuellement les trois principaux textes qui composent le livre.
 
En fait, il s’agit ici d’un double regard, de deux points de vue qui se répondent : l’un historique, descriptif et fonctionnel développe le volet « bibliothèque » de l’aventure de Clamart, par la voix de Geneviève Patte, qui fut directrice de la Joie par les livres depuis son origine, en 1964, jusqu’en 2001. L’autre, architectural, relate avec minutie la genèse de ce bâtiment, par la voix de Gérard Thurnauer, maître d’œuvre du projet au sein de l’Atelier de Montrouge. Cette voix est relayée et amplifiée par l’architecte enseignante Catherine Blain, qui analyse les conceptions novatrices de l’Atelier de Montrouge, alliant langage architectural et urbanisme, démarche éthique et exigence sociale, en rupture à l’époque avec la vogue des grands ensembles, à travers l’exemple d’autres réalisations significatives, contemporaines de Clamart.
 
La maison des enfants
 
L’article de Geneviève Patte, intitulé à juste titre « La maison des enfants », tant ce public occupe la place essentielle d’un lieu qu’il s’est immédiatement approprié, nous fait revivre de l’intérieur, par petites touches, les débuts de la bibliothèque de Clamart, puis le déroulement et l’évolution de ses activités. Au passage, Geneviève Patte rend hommage à l’action déterminante et discrète d’Anne Gruner-Schlumberger, initiatrice du projet, ainsi qu’aux bibliothécaires de l’Heure Joyeuse, dont elle revendique une part d’héritage.
 
Les enfants du quartier ont découvert avec émerveillement ce surprenant et beau bâtiment circulaire, spécialement conçu pour eux, dont ils ont fait « leur deuxième maison ». Lieu d’éveil à la lecture, à différentes formes d’art, c’est aussi un lieu pour apprendre à vivre ensemble, en participant à la vie de la bibliothèque.
 
Dans les années 1980, la bibliothèque hors les murs fut une étape importante pour aller à la rencontre des enfants de la cité de transit voisine et leur apporter régulièrement des livres, parmi les plus beaux. L’expérience a duré vingt ans.
 
Avec la conviction d’une profession de foi, Geneviève Patte rappelle les principes qui ont fondé et guidé l’organisation de la bibliothèque, et qui la sous-tendent encore aujourd’hui : respect de l’enfant dans sa singularité, liberté, autonomie, responsabilité, écoute de la demande individuelle, exigence de qualité dans le choix des livres proposés et dans les relations adultes/enfants, rôle des bibliothécaires dans l’accompagnement et l’éveil à la lecture, par des conseils, des propositions, des échanges, dans une relation de confiance. (…)
 
Suite de l’article : Critique du BBF
 

Publié dans Parutions...

Commenter cet article